L’Istrie de Sonia

Rovinj mer P1000772

Nous avons posé le pied dans les ruelles de Hum, le plus petit village du monde ; vu la plus grosse truffe du monde et chassé les plus petites, embarqué sur le rafiot reliant Porec à Rovinj via le canal de Limski ; observé la frontière slovène du haut du Kastel de Buje ; apprécié le savoureux poisson d’Adriatique, dégusté une huile d’olive au véritable goût d’olives, fait glisser sur notre langue le Malvoisie blanc et le Teran rouge.

Bref, en quatre jours d’Istrie, nous avons fait un beau bout de chemin et récolté un joli fagot de surprises mais notre plus belle découverte restera Sonia.

 Sonia DSC_0041sm

Sonia est jeune, très jeune, puisqu’elle a l’âge de son regard, de son sourire et de son enthousiasme. Mais elle a aussi l’expérience des années puisqu’elle a en elle la sérénité et la connaissance des vieux sages. Son Istrie, elle la connaît sur le bout du doigt et la fait d’autant mieux partager qu’elle la porte au cœur comme un diamant sauvage.

Pourtant, Sonia n’est pas née en Istrie, ni même en Croatie, mais bêtement à Paris. Ses parents y avaient émigré à une époque où la vie était difficile dans ce grand pays qui se nommait encore la Yougoslavie. Elle a appris le français à l’école, bien sûr, mais avec ses parents, c’est le croate qu’elle parlait. Et la Croatie – mieux encore, l’Istrie – qu’elle cultivait dans ses rêves.

Adolescence, études, diplôme, premier travail. Un poste enviable. Des activités théâtrales en parallèle. Rencontre. Mariage. Il est français. Leurs deux enfants le seront aussi. Et pourtant…

Pourtant, un jour, elle franchit le pas. Ou plutôt, ils le franchissent ensemble. Les voilà partis à quatre pour ce pays qui redevenait le sien et devenait le leur. Aussitôt, les enfants ont fleuri, se sont épanouis. Ouverts. Le mari de Sonia ne parlait pas croate, il lui a fallu apprendre avant de décrocher le job qu’il vient enfin de trouver. Quant à Sonia, elle a si bien redécouvert son pays de toujours, l’a tant aimé, qu’il lui a semblé évident de l’offrir à son tour à ceux qui y viennent pour la mer et le soleil en ignorant trop souvent, hélas, les richesses historiques, les qualités humaines et les plaisirs gustatifs qui se cachent derrière les collines. Désormais, ils savent ce qui leur reste à faire : deux ou trois jours dans les terres avant leur semaine prévue semaine sur la plage.

Voyageur, j’évitais généralement de recourir aux services de guides qui, trop souvent, débitaient leur laïus sans amour et sans âme. J’aurais aimé que Sonia m’accueille à chaque étape de mes bourlingues sur la planète bleue. Hélas, si elle a presque tous les dons, elle n’a pas celui d’ubiquité. Vous ne la rencontrerez donc qu’entre Pula, Umag, Rovinj et Hum, dans l’Istrie de son cœur. En échange de quelques picaillons bien mérités, elle vous ouvrira les portes de son pays. C’est son métier. Mais c’est aussi sa passion et son honneur.

Sonia m’a autorisé à vous communiquer son contact. Le voici. Bon voyage !

Sonia Boucaux Basic sonia.basic@hotmail.fr

 Alex Décotte

 

 

Une réponse à L’Istrie de Sonia

  1. Odile Koehn dit :

    Ton vibrant hommage à la charmante Sonia qui nous a fait découvrir l »‘Istrie de son coeur » est remarquable, Alex. J’appréciais ta verve, je découvre ta plume !

Laisser un commentaire