Des inquiétudes pour le tourisme à l’étranger

Texte : Roger Juillerat avec les agences

Alors que le Conseil fédéral encourage les Suisses à passer leurs prochaines vacances d’été sur territoire helvétique, plusieurs pays de l’Union européenne découragent leurs citoyens à se rendre hors de leurs frontières. A quoi ressemblera le tourisme cet été?

« Nous demandons et encourageons les citoyens suisses à rester au pays pour les vacances »: en marge de la conférence de presse du Conseil fédéral sur le plan de sortie de crise du Covid-19, la conseillère fédérale Karin Keller-Suter a appelé sans détour à soutenir le secteur touristique suisse cet été.

Pour l’heure, le Conseil fédéral recommande de s’abstenir de tout voyage non urgent à l’étranger. A l’approche de l’été, la prudence reste donc de mise, avec de nombreuses incertitudes quant à l’ouverture des frontières des pays voisins, comme la France et l’Italie, destinations touristiques majeures.

Pour la Suisse et beaucoup de pays européens, la tentation du protectionnisme et les considérations d’ordre sanitaire semblent s’imposer.

Saison compromise en Espagne

Avec plus de 11 millions de visiteurs par an, les Allemands constituent une clientèle d’importance pour l’Espagne, se classant juste derrière les Britanniques qui chaque année sont 18 millions à chercher soleil et farniente sur les rivages ensoleillés du littoral ibérique.

Les autorités britanniques et allemandes ont toutefois déconseillé à leurs concitoyens de se rendre en Espagne cet été, et ce même en cas de levée de l’état d’urgence et de réouverture des frontières. Un immense coup dur pour le secteur touristique ibérique qui à lui seul représente 12% du produit intérieur brut espagnol et qui a déjà souffert de la vague d’annulation du printemps dernier.

Mesures drastiques en Sardaigne

Même si plusieurs grands voyagistes rêvent d’un assouplissement des conditions de sortie du territoire d’ici à l’été, la sacro-sainte transhumance estivale apparaît bien compromise. Les touristes qui rêvent de visiter la Sardaigne cet été devront présenter une attestation prouvant qu’ils ne sont pas porteurs du Covid-19, se soumettre à un test de dépistage et télécharger une application qui suivra à la trace tous leurs déplacements.

L’inquiétude est très grande dans toute l’Italie qui a vu son secteur touristique connaître un coup d’arrêt brutal depuis l’instauration du confinement général, le 10 mars dernier. Ce secteur économique colossal – 232 milliards d’euros en 2019 – est entièrement à l’arrêt, alors qu’il est vital pour le pays. D’ailleurs, 83% des Italiens prévoient de rester au pays l’été prochain. »

L’année s’annonce donc très difficile pour le secteur même si certains professionnels de la branche espèrent une reprise progressive de l’activité en juin et imaginent des stratégies pour conquérir le cœur de millions de touristes européens avec des offres attractives et le projet d’installer des parois en plexiglas dans les restaurants et sur les plages pour respecter la distanciation sociale entre estivants.