Arménie 1988: Les coupoles des églises étaient à terre

Gyumri, Arménie, 30 ans après le séisme

Par Orith Tempelman

Depuis l’effondrement de l’Union soviétique, la République d’Arménie a largement disparu de la carte des touristes « normaux » – à l’exception des Arméniens de la diaspora. Ils effectuent un court pèlerinage au Vatican arménien, la capitale religieuse Etchmiadsin, visitent Garni et son temple de Mithra, Geghard et Khor Virap, passent des journées venteuses au lac Sevan, puis se dirigent vers Gyumri-Spitak, pour voir où sont allés leurs dons après le tremblement de terre dévastateur de 1988.

Traumatisme durable

Gyumri, la deuxième plus grande ville d’Arménie, n’a pas encore surmonté les graves conséquences physiques et psychologiques du tremblement de terre catastrophique de 1988. L’anthropologue Gayane Schagoyan décrit l’énorme signification sociale de cet événement dans son article « Mémorires du séisme » et écrit que le souvenir et l’état actuel du séisme sont si traumatisants qu’après le séisme les gens qui y sont nés s’en souviennent.

Avec une magnitude de 6,9 ​​sur l’échelle de Richter, avec au moins 25.000 morts, 15.000 blessés et plus d’un demi-million de sans-abri, c’est l’un des tremblements de terre les plus importants des dernières décennies. Divers facteurs ont conduit au nombre de décès et de sans-abri. Ainsi, au moment de la catastrophe, les températures hivernales avaient entraîné la mort de nombreuses personnes qui avaient pourtant survécu au séisme.

Le tremblement de terre a détruit non seulement les maisons privées mais également les plus grandes entreprises industrielles. Les travaux de 170 entreprises ont dû être arrêtés, les monuments architecturaux, historiques et culturels ont été gravement endommagés et 917 bâtiments publics ont été complètement détruits.

Laisser un commentaire