La grande aventure du Transsibérien

Septième étape : en route vers Pékin            

Le climat change. Ciel plombé de duvet gris à l’approche des villes, nuages de pollution plutôt que de pluie. Quelque part sur la gauche, on devine un instant les crêtes de la Grande Muraille. Et voici Pékin, le but du voyage. En comptant les différents arrêts, près de trois semaines depuis Moscou.

En 2014, il avait été question de remplacer le Transsibérien historique par un TGV qui couvrirait le trajet en deux jours. Depuis lors, tant mieux. Laissons les Sibériens voyager chez eux à bon marché et aux voyageur occidentaux le rêve d’une aventure à nulle autre pareille.

Ces jours prochains, quelques documents pour découvrir différemment les peuples du Baïkal, un hiver dans la steppe mongole et des façettes inattendues de Pékin…

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire